Les désordres de l'attachement

vendredi, juin 08, 2012

L'histoire de Marie. Johanne Lemieux.

Marie a 35 ans lorsqu’elle part en Thaïlande chercher son premier enfant qu’elle nommera Nicolas. Son conjoint est un peu plus âgé qu’elle, et déjà père de deux filles adultes nées d’une première union. Enseignante en technique infirmière, Marie se sent tout à fait préparée à accueillir et à aimer un enfant éventuellement malade, insécure, et avec de petits retards de développement. Le dossier Thaïlandais rapporte en effet que Nicolas a été trouvé dans une rue du quartier Patpong de Bangkok, maigre et très sale. Après deux ans en institution, sa santé serait par ailleurs très bonne. Il a actuellement 3 ans et demi. Les premiers contacts à l’orphelinat se passent plutôt mal pour Marie. Nicolas n’a d’yeux et de bras que pour son nouveau papa. Il refuse de regarder Marie, de se laisser toucher ou approcher par elle. Marie trouve cela un peu difficile, mais se raisonne : « cet enfant est en choc, a le droit de choisir une première figure de sécurité. Avec amour, patience et surtout avec le retour à la maison, tout rentrera dans l’ordre. »

Après six mois de congé parental, Marie n’est plus que l’ombre d’elle-même. De nature optimiste, joviale et énergique ,elle est devenue insomniaque, irritable et carrément dépressive. La déception, l’impuissance et la confusion ont envahi sa vie. Elle croit qu’elle est devenue folle, elle croit qu’elle est une mauvaise personne car son fils tant espéré et attendu refuse encore tout contact avec elle, alors qu’avec son mari et tous les autres adultes, il est affectueux, coquin et rieur, malgré ses crises de colères et son côté très accaparant. Pire encore, Nicolas « tolère » sa présence lorsque son conjoint ou un autre adulte est dans la même pièce mais devient agité, violent et totalement hors contrôle lorsqu’elle se retrouve seule avec lui dans la maison. Jacques, son mari, commence même à douter des paroles et de la santé mentale de sa conjointe. Qui est donc cette femme qui parle en des termes si effrayants de cet enfant si adorable ?

Pour Marie une seule explication : elle a forcé le destin, elle n’aurait jamais dû être mère, et c’est la vie qui l’a puni. Pour Marie une seule solution : quitter son conjoint et Nicolas, ils seront bien plus heureux sans elle. Jusqu’à la révélation.

Une amie invite Marie à une conférence donnée par un psychologue qui décrit ce que sont les désordres de l’attachement chez les enfants placés en famille d’accueil ou en adoption : le rejet parfois violent d’une nouvelle figure maternelle ,et ce peu importe les merveilleuses attitudes parentales , la tendance de l’enfant à la triangulation, c’est à dire diviser les adultes pour mieux contrôler son environnement. Dès l’entracte, Marie a déjà pris rendez-vous avec cet « ange tombé du ciel » comme elle se plaira à le dire.

Après 4 mois d’application de techniques favorisant l’attachement, avec moult conseils éducatifs spécifiques aussi renforcés par le papa, Nicolas accepte tranquillement des petits contacts physiques avec maman, de brefs contacts visuels. Surtout ne fait plus de crises violentes lorsque Marie est seule avec lui. La maison triste est redevenue une maison joyeuse. Le psychologue a averti le couple du caractère fragile à court terme de ces améliorations, des régressions et des rechutes possibles. Il a assuré à la famille son soutien au besoin et la possibilité d’entreprendre dans les mois qui vont suivre une thérapie directement avec l’enfant, et en leur présence.

Marie a ainsi appris qu’elle n’était ni folle, ni punie par le destin.

Johanne Lemieux, travailleuse sociale, Québec, Canada
Extrait de:"L’enfant adopté dans le monde en quinze chapitres et demi"
Les Éditions de l’Hôpital Ste-Justine, Québec, Canada.

You Might Also Like

0 commentaires

Votre réaction !

Chapati sur Instagram