Lettre à Valérie Lemercier

mardi, décembre 17, 2013


Chère Valérie Lemercier,

J'ai lu toutes sortes de choses ces derniers jours à votre sujet et au sujet de votre film "100% cachemire". Pas tendres. On vous reproche d'avoir choisi un sujet sur lequel vous n'avez, semble-t-il, mené aucune réflexion. 

Certes, il y a bien eu ce "fait divers" aux Etats-Unis dont vous aviez entendu parler. Pour une réalisatrice dans l'air du temps comme vous, il était sans doute tentant de s'en emparer. Mais une personne de votre trempe aurait pu, aurait dû, s'intéresser davantage à son sujet. Ne pas se contenter de plaquer cette histoire dans un contexte français et de la rendre "tendance" par des effets esthétisants. Il aurait fallu se documenter, contacter l'AFA ou l'EFA, rencontrer des responsables d'OAA, des parents adoptifs... Bref, approfondir un peu un sujet ô combien complexe...

Et puis il y a votre phrase. Cette phrase lâchée dans une interview qui a affolé toute la sphère de l'adoption et surtout, inévitablement, toutes les mamans ou futures mamans adoptives, dont je fais partie. 

Même si j'ose espérer que, dans l'euphorie de la promotion, vous n'avez pas pensé une seconde ce que vous avez dit, je comprends cette colère car en tant que personnage public vous n'êtes pas sans ignorer que vous avez une certaine responsabilité.

Vous êtes un femme intelligente. Vous savez donc que les deux adjectifs que vous avez employés ne sont pas anodins. Je me permets d'ailleurs de reproduire ici leurs définitions extraites du Larousse, pour qui les aurait oubliées...

Si je reprends une à une les interprétations possibles de l'adjectif "vrai" données par le Larousse,  je ne vois absolument pas en quoi ils ne pourraient pas être attribués à une mère ou un père adoptif. De même, en reprenant les interprétations possibles de l'adjectif "faux",  je ne vois absolument pas en quoi ils devraient être attribués à une mère ou un père adoptif.

Que serait donc une "vraie mère" ? 

Une mère biologique ? Mais alors, diriez-vous qu'une mère biologique maltraitante ou négligente est une "vraie mère" ?

Que serait donc une "fausse mère" ? 

Une mère adoptive ? Mais alors, diriez vous qu'une mère adoptive aimante reste une "fausse mère" ?

Dire d'une mère qu'elle est "vraie" parce qu'elle a mis un enfant au monde, n'a aucun sens. Et c'est pourtant ce que pensent pas mal de gens dans notre beau pays où rien n'est vrai en dehors du biologique ! 

Et c'est bien à cause de cette suprématie du lien du sang que l'adoption nationale se porte si mal.
" En France, environ 150 000 enfants sont placés à l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE), soit en famille d’accueil, soit en établissement spécialisé. Au cours du placement, trois cas de figure se présentent : certains maintiennent un lien avec leurs parents et retournent vivre dans leur famille après un placement provisoire. Pour d’autres, les défaillances familiales durables sont suivies par une prise en charge durant toute la minorité à l’ASE. Enfin, certains voient la présence des parents disparaître totalement ; c’est ce qu’on appelle “le délaissement parental des enfants placés”.

Malgré cette réalité, le statut de pupille de l’État nécessaire à l’adoption n’est que peu utilisé. Les professionnels de la protection de l’enfance sont prioritairement formés pour travailler sur le lien avec les parents. La justice est encore frileuse à favoriser les requêtes permettant l’acquisition du statut, car les tribunaux demeurent peu favorables à la rupture des liens.

Les articles 350 et 378 du code civil offrent des possibilités d’actions pour déclarer l’abandon de l’enfant mais culturellement, le lien du sang étant encore privilégié, ils ne sont que peu appliqués.

Environ 150 000 enfants sont placés à l’ASE et jusqu’à 15 000 d’entre eux sont totalement délaissés par leurs parents. Pourtant, seuls 761 enfants, pupilles de l’État, ont été adoptés face au nombre important des 22 747 couples ou personnes agréés en attente d’adoption en décembre 2011."

(Source : http://www.parlonsinfo.fr)

Voilà. Ce qui me gêne avant tout, c’est qu’une femme comme vous, moderne, intelligente, douée, n’ait pas pris le temps de réfléchir à tout cela pour élaborer son film comme pour préparer sa promo.

Comme je vous aimais bien, j’espère que vous reviendrez sur vos propos et, pourquoi pas, que vous saurez profiter de votre (vraie) notoriété et de vos excellents rapports avec le magazine Elle, par exemple, pour que puissent s’y exprimer ceux et celles qui oeuvrent dans l’adoption et en connaissent parfaitement les réalités. (J'ai pas mal de noms à vous communiquer...)
Là, peut-être serez-vous 100% pardonnée !

Zeu / Béatrice Rougier Rodriguez
Presque vraie maman.




Ce que dit le dico...

vrai, vraie
adjectif
(latin populaire *veracus, du latin classique verax, -acis, de verus, vrai)
  • Se dit d'une affirmation conforme à la réalité ou qui n'implique pas contradiction et à laquelle l'esprit ne peut que souscrire : Il n'y a pas grand-chose de vrai dans son récit.
  • Qui appartient à la réalité et n'est pas une création de l'esprit : Rechercher les vraies causes d'un phénomène.
  • Qui est bien conforme à son apparence : Une vraie rousse.
  • Se dit, dans le domaine artistique et littéraire, des êtres et des choses créés qui donnent l'impression de la vie, du naturel, de la sincérité : Un romancier qui peint des personnages vrais.
  • Se dit d'un élément qui, parmi d'autres semblables, apparaît comme le seul important ou le seul déterminant : On ignore le vrai motif de sa démission.
  • Qui convient le mieux à quelqu'un ou à quelque chose, est le plus approprié à une fin, à une destination : Croyez-moi, c'est le vrai moyen de leur venir en aide.
  • Littéraire. Qui se comporte avec franchise et naturel, qui n'a rien d'affecté, d'artificiel : Être vrai en toutes circonstances.

faux, fausse
adjectif
(latin falsus, de fallere, tromper)
 
Qui est contraire à ce qui est vrai, qui comporte une erreur, qui manque de justesse, de logique, ou qui n'est pas justifié par les faits : Partir d'un principe faux. Il est faux de penser qu'il n'a rien vu.Qui n'a pas de raison d'être, qui est sans fondement ; injustifié : Éprouver de fausses craintes.Qui n'est qu'une imitation, qui n'est pas original, naturel ou authentique (avec ou sans intention frauduleuse) : Des fausses perles. Un faux nom. Un faux tableau.Se dit d'un objet qui en simule un autre : Une fausse barbe.Qui est équivoque, ambigu : Se trouver dans une situation fausse.Se dit d'un sentiment qui n'est pas réellement éprouvé, qui est feint, simulé : Une fausse naïveté.Qui dissimule ses sentiments réels, qui cherche à tromper : Un homme faux. Un regard faux.Qui n'a que l'apparence de l'objet dont il porte le nom, qui n'en a ni le rôle ni l'utilité : Fausse poche.Qui se fait passer pour ce qu'il n'est pas, qui n'est pas conforme au nom qu'on lui donne ou qu'il porte : Un faux inspecteur de police. Une fausse science.Se dit d'un instrument de musique qui n'est pas conforme aux règles de l'harmonie ; se dit d'une voix, d'une interprétation qui ne sont pas dans le ton juste : L'accompagnement est complètement faux.Se dit d'un instrument de mesure qui n'est pas exact : La balance est fausse.

You Might Also Like

11 commentaires

  1. Tres bien écrit..!

    http://adoption-penelope-clovis-violette.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    je suis moi-même un futur "faux" papa et je dois dire que cette lettre me parle.
    Quelle est la vérité dans un lien parental ? Là est la question.
    Quant au film lui-même, il est juste mauvais. Elle aurait pû en faire une "vraie" comédie car c'est un très bon sujet même si il est sensible.
    Peut-on rire de l'adoption ? J'espère que oui à condition que cela soit drôle et intelligent.
    Rassurons-nous ce film sera d'ici 15 jours complètement digéré et recraché par l'exploitation cinématographique.

    Signé : un papa de chez papa

    RépondreSupprimer
  3. 3 fois bravo Zeu, tu exprimes exactement mon ressentie par rapport à ce sacro saint lien du sang. J'enrage quand je vois ces enfants en France qui sont ballotés de famille d'accueil en famille d'accueil car il faut impérativement préserver le lien avec des parents biologiques complètement défaillants. Des enfants qu'on prive d'une VRAIE famille qui les accompagne tout au long de leurs vies, dans les bons comme dans les mauvais moments, une VRAIE famille aimante qui les aident à se construire ou à se reconstruire.
    Je penses souvent à toi.
    Je t'embrasse.
    Arielle, la VRAiE maman de Luna, faite maison et de Ange qui attend sa VRAIE famille à Kinshasa.

    RépondreSupprimer
  4. Je découvre le fil de l'histoire du film et l'interview de V. Lemercier suite à la lecture de votre article.
    Vous faites bien de rectifier à travers les définitions les sens de ces deux mots, malheureusement certaines définitions de certains dictionnaires sont à faire aussi évoluer…http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/mère/50611?q=mère#50499
    Je suis aussi votre blog avec grand plaisir!
    Maman de Margot, 6 ans, née au Viêt-Nam et en attente de son deuxième enfant.

    RépondreSupprimer
  5. J'adore vos dessins, ils retranscrivent souvent en une minute ce qui est difficile à expliquer aux amis étrangers au monde de l'adoption ...
    J'espère aussi que V. Lemercier aura vent du malaise qu'elle a semé chez toutes les vraies mamans.
    Emilie, maman d'une merveille d'Ethiopie

    RépondreSupprimer
  6. Merci! que dire si ce n'est cela !! Je travaille à l'ASE et je suis en pleine conscience de ce que vous (tu? je ne sais plus :)) dites !! Vrai(e), faux(sse).. pour moi, une maman ou un papa est celui qui s'occupe de son enfant, l'accompagne dans la vie et toutes ces étapes, lui donne de l'amour, l'a dans la tête et le cœur à jamais ...

    Géraldine, maman d'une puce du Congo

    RépondreSupprimer
  7. Tellement juste!!!!!
    Et surtout avec classe sans agressivité.
    Tout y est dit dans votre dessin avec l'humour qui vous caractérise.
    Et en effet, ce serait bien qu'avec sa "vraie" notoriété Valérie Lemercier puisse revenir sur ces propos et enfin porter une parole public juste sur ce sujet permettant de faire réfléchir sur cette sacro-sainte idée du lien du sang qui rétrécit notre société.
    Merci à vous pour vos propos.

    Sandrine, dans l'attente d'adopter...

    RépondreSupprimer
  8. ahhhhhh!!! deja je me bats avec certains pour leur expliquer, la faut expliquer à la france entiere! je suis LEUR MAMAN!
    zut, que dis je pour rester polie!
    et merci à vous de votre VRAI parler ;)
    Emilie maman tout court de 2 enfants, made in PMA et née en chine

    RépondreSupprimer
  9. Je ne suis pas concernée par l'adoption directement mais j'y ai été sensibilisée par une amie, adoptée aux Etats Unis, où le débat me semble plus avancé (et j'aime bien tes dessins ;-)

    Je suis mal à l'aise devant certaines réactions : dire que les parents adoptifs sont les vrais parents, c'est nier que les enfants ont eu, et pour certains, ont toujours un ou des parents vivants. Parfois de mauvais parents, souvent des parents pauvres ou malades -pour l'adoption internationale du moins.
    Quant à l'adoption nationale, je ne suis pas certaines que les candidats se bousculent au portillon pour adopter des mômes qui ont été ballotés à droite et à gauche pendant des années et ne vont pas toujours très bien.

    Bon, tout ceci pour dire que ce n'est pas parce que Valérie Lemercier dit une c... qu'il faut aller dans le sens inverse. Pourquoi ne pas reconnaître que la mère biologique ET la mère adoptive sont de vraies mères, c'est tellement menaçant?

    BH, perplexe

    RépondreSupprimer
  10. Je relis ces commentaires et je me dis que ces adjectifs VRAI et FAUX ne sont pas appropriés, tout simplement. Il y a la mère de naissance, biologique, qu'elle ait été bonne ou "mauvaise" et il y a la mère qui élève l'enfant, l'aide à se construire, lui apporte amour et confiance... Comment l'appeler ?

    RépondreSupprimer
  11. Je relis ces commentaires et je me dis que ces adjectifs VRAI et FAUX ne sont pas appropriés, tout simplement. Il y a la mère de naissance, biologique, qu'elle ait été bonne ou "mauvaise" et il y a la mère qui élève l'enfant, l'aide à se construire, lui apporte amour et confiance... Comment l'appeler ?

    RépondreSupprimer

Votre réaction !

Chapati sur Instagram