Considérations

lundi, juin 29, 2015

Il me semble que le contexte actuel de l'adoption internationale demande de la part des organismes concernés encore plus de professionnalisme et de rigueur :

- pour s'assurer que le principe de subsidiarité est bien respecté,
- pour vérifier par tous les moyens possibles l'adoptabilité réelle des enfants,
- pour garantir que les enfants sont bien préparés au bouleversement qu'ils vont connaître,
- pour procéder dans la plus grande transparence,
- pour veiller à ce que l'intérêt supérieur de l'enfant guide l'ensemble du projet...

Mais aussi pour protéger et respecter les adoptants.

You Might Also Like

9 commentaires

  1. si seulement cela pouvait être réel... nous ne sommes pas considérés comme nous le devrions... nous devons aimer nos enfants avec qques photos et c'est tout...
    je vous souhaite du courage à tous les 2....

    RépondreSupprimer
  2. Avec une copine d'adoption, nous parlons de l'"intérêt inférieur des parents". car ils ne comptent pas.. Font partie d'un marché où la demande est tellement forte, qu'ils peuvent tout subir. Et pourtant...Tous ces parents malmenés pendant des années ne sont pas les mieux armés pour accueillir un enfant avec un grand besoin! Ces parents en attente doivent au contraire être encore plus forts que lors d'une arrivée "bio". Maman de bios et d'une miss adoptée, l'arrivée de ma fille m'a complètement remise en question- ca a été de long mois durs, et ça, les OAA n'en parlent pas. Nous avons dû faire face aussi à des rebondissements très durs, sans jamais être accompagnés à ce moment là.


    Dans votre cas, on va encore au delà de ça. J'espère que les acteurs de l'adoption qui sont intervenus vous donnent de sérieuses explications. On a pas le droit de faire subir ça.

    E.

    RépondreSupprimer
  3. C'est un vrai débat qui devrait commencer ici en France avec le service de l'adoption international ! il ne nous considère pas parents tant qu'il n'y a pas de jugement d'adoption ! alors que nous, nous nous sentons parents dès l'annonce du prénom, de la date de naissance, de la photo... car les procédures sont ainsi... Nous ne pouvons malheureusement pas nous préserver car notre vœu est là, être parent et cela se concrétise à l'annonce ! c'est pour cela que vous êtes parents ! courage dans la suite... ne lâchez rien !

    RépondreSupprimer
  4. Je suis totalement en accord avec toi ma belle (˘◡˘)♥

    Je t'embrasse fort, je pense à toi

    Manon

    RépondreSupprimer
  5. L'éthique dans l'adoption! Vaste sujet...
    Nous savons combien cela est étranger à certains. L'opacité est de mise malheureusement.
    Les OAA ont un travail énorme à faire concernant l'éthique. Une professionnalisation s'impose.
    Je suis de tour cœur avec vous dans cette innommable deuil.

    RépondreSupprimer
  6. Comme Nini le dit nous sommes parents dès l'annonce et bien avant le jugement d'adoption...tout comme nous somme parents dès que la grossesse est connue...et parfois (souvent) nous sommes mal (pas) accompagnés dans notre parentalité, notre vécu.
    Je vous souhaite la force de continuer et de rebondir même si je comprends votre détresse actuelle.
    Anne maman adoptive puis biologique ;-)

    RépondreSupprimer
  7. Ah, quel vaste sujet que l'éthique (ou plutôt le manque d'éthique) dans CERTAINS organismes d'adoption! Effectivement, nous avons constaté un manque de rigueur évident, un manque d'humanité plus qu'évident aussi (malgré l'association humanitaire rattachée à l'OAA). Mon fils était un dossier. Nous étions un dossier. Un dossier enquiquinant car un moment donné, c'est la colère qui nous a fait bondir. Il n'y a pas d'intérêt supérieur de l'enfant, pas non plus d'intérêt des parents en attente (car oui, nous sommes en attente dès le coup de fil nous annonçant qu'un enfant à l'autre bout du monde est "votre enfant"). Il y a juste, pour certains OAA je précise, un intérêt très porté sur leur porte-feuille et leur gloire (car ceux pour qui tout se passe bien les encensent plus que de raison, fermant les yeux sur un manque d'éthique pourtant évident, quand on regarde ce qui se passe chez les copains).
    Vous savez, après plus d'un an d'attente, on nous a appelés pour nous annoncer que notre fils était en fait malade et que nous ne pouvions pas l'adopter puisque notre notice ne spécifiait pas cette ouverture! Quel choc pour nous et quel je-m'en-foutisme de l'autre côté surtout! Heureusement pour nous, nous avions la preuve que tout cela n'était pas vrai et avons donc pu continuer notre chemin douloureusement mais avec détermination. Ne vous laissez pas faire. Si vous avez constaté un gros manque de rigueur, alertez EFA national et la MAI. N'hésitez pas. Le problème, c'est que bon nombre d'adoptants ont peur que leur projet n'aboutisse jamais en agissant. Et rien ne change...
    Je vous souhaite beaucoup de courage. Vous voyez, il y a du monde derrière vous. Vous n'êtes pas seuls.
    Elise

    RépondreSupprimer
  8. Je précise que je suis convaincue du sérieux de la plupart des acteurs de l'adoption et des OAA !

    Mais l'acte d'adopter un enfant est trop grave et les implications sur sa vie et celle de ses parents trop importantes pour que certains aspects soient négligés au cours de la procédure.

    Me semble-t-il.

    Béatrice

    RépondreSupprimer
  9. Tout à fait d'accord avec toi, Béatrice, sur chacun de tes mots.
    Et encore heureux que la plupart des OAA font preuve de sérieux et de transparence vis-à-vis des adoptants! Mais quand cela n'est pas le cas, il faut savoir et pouvoir le dire haut et fort, sans crainte aucune.

    Elise

    RépondreSupprimer

Votre réaction !

Chapati sur Instagram