Le sens du devoir

mercredi, avril 13, 2016


You Might Also Like

9 commentaires

  1. Cela ressemble un peu aux légendes urbaines non? On approche de la fin du primaire et on a échappé et à la photo bébé et à l'arbre généalogique. Ils ont étudié la notion de temps à travers l'histoire et les générations de rois de France (pas simple avec Anne de Bretagne aux multiples maris et nombreux enfants morts). Les adoptés n'étant pas les seuls à avoir des soucis avec ces 2 points: enfants de familles recomposées , enfants placés, enfants d'immigrés ayant tout perdu en venant en France, etc.
    Les pingoos http://pingoofamily.blog.lemonde.fr

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour la Pingoo family !
    Oui c'est vrai que les enfants placés, immigrés, de parents séparés...peuvent souffrir de ce genre d'exercices. Malheureusement les enseignants ne sont pas toujours conscients de l'impact que cela exerce sur eux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Je suis moi-même dans un parcours d'adoption depuis 2009 et actuellement en attente d'apparentement.Votre article me fait réagir en tant qu'enseignante. Nous voyons dans nos classes des enfants en bas âge et au vécu déjà bien lourd pour des petits bouts de chou : enfants placés, de parents séparés ou décédés, enfants adoptés tardivement avec un passé ou un abandon douloureux. Personnellement, j'enseigne dans une petite école maternelle, en Bretagne, et nous ne sommes pas épargnés. Nous sommes particulièrement attentifs au vécu de chaque enfant et échangeons beaucoup entre collègues lorsque nous avons quelques interrogations.Il est vrai que j'y suis certainement particulièrement sensible, étant moi même dans une démarche d'adoption, mais nous essayons tous d'être vigilants et attentifs. Voilà. Je ressentais le besoin d'ajouter ce commentaire. Cordialement

      Supprimer
  3. Bonjour,

    je suis votre parcours depuis très longtemps sans intervenir et j'avoue attendre le jour où une merveilleuse nouvelle inondera ce blog de bonheur...
    Maman de 3 loulous adoptés, j'ai été confrontée à cette demande de l'enseignant. Finalement, c'est moi qui ai été stressée avec cette "affaire"... Ca n'a pas perturbé les enfants et pourtant ils ont chacun des histoires différentes, ma grande et mon grand ont des photos d'eux bébé et le petit dernier non... Cela a été l'occasion de parler une nouvelle fois de leur histoire, et d'échanger avec la maîtresse sur son approche... Elle n'avait pas pensé à l'impact que cela aurait pu avoir et en a profité pour parler adoption et pays de naissance avec la classe...
    Je vous souhaite désormais un chemin le plus serein possible vers vos ou votre enfant...

    RépondreSupprimer
  4. On y a eu droit... et c'est un exercice douloureux... alors merci pour le dessin!

    On continue à croiser les doigts pour vous, vous êtes toujours dans nos pensées.


    E. de Bruxelles

    RépondreSupprimer
  5. Je suis sûre que de nombreux enseignants, concernés ou non personnellement par la thématique de l'adoption, se montrent attentifs et savent trouver les mots.

    Intéressant à lire : http://www.quebecadoption.net/adoption/postadopt/ecole_enseignants.html

    Je vous souhaite bonne chance dans votre parcours.

    Béatrice

    RépondreSupprimer
  6. Ici, un arbre généalogique a été demandé.
    Ni une, ni deux... On l'a fait (vite, ça me saoulait, non, ça nous saoulait !).
    On ne va pas tout raconter puisque de toute façon certaines choses se voient déjà.
    Barbara qui espère vraiment que vous gardez espoir.


    RépondreSupprimer
  7. La maitresse a eu du tact l an dernier et ils n ont pas fait l arbre genealogique pour epargner mon loulou et d autes enfants de la classe. J avais offert le guide EFA a l intention des enseignants comme tous les ans ... le message etait bien passé ;-)
    Marie

    RépondreSupprimer

Votre réaction !

Chapati sur Instagram