Les maux pour le dire

mardi, octobre 18, 2016


Aujourd'hui, en consultant une réflexologue pour un problème de santé qui me gâche la vie depuis quelque temps, j'ai laissé échapper des mots sans équivoque... Je suis convaincue depuis longtemps que notre corps dit tout haut ce que nous ressentons tout bas. Et je suis plutôt bonne dans cet exercice de la somatisation...

Aujourd'hui, en décrivant ma douleur physique, j'ai réalisé que mon "blocage" coïncidait avec le "dé-blocage" de la situation en RDC.

"Blocage"...  un mot que nous avons employé sans cesse durant plus de 2 ans... Un mot et une réalité qui nous obsédaient, comme tous les parents dont les enfants étaient "pris en otage" par le moratoire.

Alors quand les enfants (des autres) ont pu enfin quitter la RDC et rejoindre leurs familles, quelque chose s'est bloqué en moi. Et cela me faisait mal depuis, sans que je sois totalement consciente de l'origine de ce mal.

Et oui, même si une partie du deuil était déjà bien entamée, même si nous cheminions dans un nouveau projet, j'ai accusé le coup.

En verrouillant sans doute certaines émotions, je me suis fait "Des blocages".

En prendre conscience, c'est déjà bien. Et comme je suis entre de bonnes mains,  mon corps sera bientôt délivré, comme mon esprit.

J'ai confiance.


You Might Also Like

2 commentaires

  1. Coucou Béa,

    J'ai ressenti la mm chose et mm si notre princesse est arrivée (d'ailleurs bien sûr) nous apportant la délivrance je n'ai pu m’empêcher très longtemps encore après de souffrir en pensant à nos filles. Pareil, mm si le deuil était bien entamé j'ai souffert de savoir que nos copains de parcours en RDC allaient pouvoir accueillir leurs enfants et nous non car tout simplement notre dossier était voué à l’échec dès le début notre OAA nous ayant apparenté à des enfants qui n'ont jamais été adoptables. Manque de sérieux de l'OAA ou des représentants au Pays ? Corruption de quasi l'ensemble des administrations Congolaise (oui oui j'ose le dire haut et fort) on oubliera jamais tous ces mois d'espoir et de désillusions, qui ont fait souffrir notre couple, notre grand garçon, notre famille tout simplement et quand je pense à ces petites qu'on a exhibé tout simplement avec nos petits cadeaux et nos photos faisant croire à un bonheur futur ??????? je crois que encore aujourd'hui je suis en colère contre tous ces gens malveillants et j'espère qu'un jour le destin les fera payer et que je retrouverais la paix.
    Amitié
    Myriam

    RépondreSupprimer
  2. Oui, Myriam !
    Il y aurait beaucoup à dire sur ces dysfonctionnements et sur les agissements de certains au nom d'une prétendue "Mission". Mais l'omerta persiste.
    Pour l'instant.

    Quant aux enfants, comme tu le soulignes si justement.... Ils ont été exposés et nourris de faux espoirs pendant près de trois ans par des adultes indifférents à leur ressenti. Ce sont les premières victimes de tout ce "système".
    Qu'a-t-on fait pour les accompagner ? Qui s'est préoccupé de l'impact que cette expérience a pu avoir sur eux ?

    Personne n'en parle.

    RépondreSupprimer

Votre réaction !

Chapati sur Instagram