L'enfant et les cabanes

samedi, septembre 01, 2018


Pourquoi s’intéresser aux cabanes ? Quelles raisons justifient cet intérêt pour les professionnels de l’enfance et de l’adolescence ? Quoi de plus anodin et de plus ordinaire qu’une cabane ? Pourtant, derrière la banalité de l’objet, derrière l’aspect ludique qui caractérise sa confection et son habitation, se regroupent tous les enjeux les plus fondamentaux de la construction humaine. Une cabane reflète toujours « l’âme » de ceux qui l’ont pensée.


Il y a mille et une manières de concevoir et d’investir cette cabane : de l’abri sommaire fait à partir d’un carton à la hutte de type indien, en passant par des architectures en bois plus sophistiquées, toutes les formes se retrouvent. Des constructions destinées à durer à celles, plus précaires, que les enfants élèvent pour se distraire, un après-midi à la campagne, tous les modes d’investissement se retrouvent.



Pourtant ce plaisir, qu’il soit solitaire ou en groupe, n’est pas nouveau. Dans l’histoire de l’humanité, on retrouve, comme une constante, la recherche d’un abri pour vivre et se protéger de l’extérieur ou des prédateurs comme des pluies, du vent, du froid ou de la chaleur.Toutes ces traces d’expériences lointaines figurent toujours, à l’évidence, dans le cerveau archaïque de l’humain contemporain, même lorsqu’il dispose du confort moderne. Comme si l’enfant se devait de parcourir toutes les étapes franchies par ses prédécesseurs, depuis la préhistoire, pour s’installer dans le présent.



Les cabanes sont donc un sujet à la fois ludique et sérieux ; ludique… et donc sérieux. Jouer à habiter ; habiter pour jouer. Jouer à vivre différemment. Jouer à être un autre. Jouer avec les autres. Bousculer les habitudes et les repères pour plonger dans un monde nouveau, réservant des surprises excitantes et permettant d’espérer la création d’un univers où pourront naître d’autres productions imaginaires et d’autres manières d’être avec les autres et au monde. Ces projets et ces désirs sont d’ailleurs, de plus en plus souvent, repris par des adultes citadins qui rêvent de bâtir des maisons dans les arbres ou de loger, le temps de vacances, dans des cabanes en pleine nature, laissant de côté temporairement leurs exigences de confort habituelles. 


Suite



You Might Also Like

0 commentaires

Votre réaction !

Chapati sur Instagram