Comprendre le traumatisme infantile

mercredi, novembre 28, 2018


Le terme traumatisme se définit par une blessure ou par un choc émotionnel qui nuit substantiellement et durablement au développement psychologique de la personne, et qui engendre souvent la névrose.

Tous les enfants font l'expérience d'événements stressants. En général, l'expression traumatisme infantile précoce fait référence à des expériences traumatiques vécues par l'enfant âgé de 0 à 6 ans. Le nourrisson et le jeune enfant réagissent autrement que l'enfant plus âgé. En outre, ils sont incapables de verbaliser leurs réactions à des événements dangereux ou menaçants. On présume que leur jeune âge protège les enfants de l'impact produit par les expériences traumatiques. Pourtant, les événements traumatisants perturbent aussi les jeunes enfants, même s'ils n'en comprennent pas la teneur.

La recherche actuelle laisse entendre que le jeune enfant, et même le nourrisson, peuvent être affectés par des événements qui menacent leur sécurité, ou celle de leurs parents ou tuteurs. D'ailleurs, leurs symptômes sont bien documentés. Ces traumatismes peuvent résulter d'actes de violence intentionnelle envers l'enfant — qu'elle soit de nature physique ou sexuelle – ainsi que de la violence familiale, d'une catastrophe naturelle, d'un accident ou de la guerre. En outre, le jeune enfant peut subir un stress traumatique en réponse à des interventions médicales douloureuses, ou à la perte subite d'un parent ou tuteur.

Lire la suite

You Might Also Like

2 commentaires

  1. Bonjour Béatrice,
    Un grand merci pour ce nouveau partage !
    Les publications actuelles du blog laissent percevoir que, comme nous, et probablement à un niveau non négligeable, vous vivez en pratique et « grandeur nature » les conséquences de maltraitances.
    Ce blog permet de te (je me permets le tutoiement ...) connaitre un peu, d’être assurée de ton ouverture, ton empathie et ta persévérance, de percevoir aussi la force de ton couple. C’est précieux pour vous et pour votre fille !
    J’espère que de bons appuis extérieurs se mettent aussi en place et que vous vous sentez un minimum entendus et compris, au-delà de certaines apparences que votre fille laisse probablement percevoir superficiellement, face à ceux qui ne veulent ou ne peuvent voir et sentir la réalité, et qui en conséquence contribuent bien peu à son évolution.
    Or, même s’ils excellent inconsciemment (et par réflexe d’autoprotection) dans le camouflage de leur blessures profondes, nos enfants ont réellement besoin d’être compris, et ils le méritent !
    Il existe de précieux réseaux associatifs, des groupes de paroles. Certains vrais professionnels sont là aussi pour accompagner nos enfants et nous accompagner. Néanmoins, nos parcours peuvent être semés de nombreuses embûches ...
    Si tu en ressentais l’envie, nous pourrions peut-être aussi échanger plus directement ? Cela pourrait nous apporter mutuellement, et ce serait, de mon côté, avec grand plaisir !
    Monique, maman d’une « grande petite » E de bientôt 11 ans, arrivée il y a 4 ans et demi.



    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Monique,

    Merci pour ce message. Tu peux me contacter sur : bacapana@gmail.com

    Béatrice

    RépondreSupprimer

Votre réaction !

Chapati sur Instagram